Le groupe LVMH a estimé mercredi qu'"en l'état", il n'était pas "en mesure" de réaliser l'acquisition de Tiffany, en raison notamment d'un demande du joaillier américain de repousser la date butoir de l'opération, selon un communiqué